Lia Rodrigues faz Pororoca na França

Article paru dans un grand quotidien brésilien
O GLOBO – Sao Paulo, 17 novembre 2009

Autres articles


Suite de l’article… »


Photos Sammi Landweer

Suite de l’article… »


Brazuca

Un article sur le magazine Brazuca
www.brazucaonline.org

</a


Pororoca – création de Lia Rodrigues

samedi 21 novembre 21h – dimanche 22 novembre 16h


Grimaldo

http://www.dailymotion.com/video/xawcx0_grimaldo


Une création en chantier à Maré pour exister

Dans un espace en chantier dédié à la rencontre, l’échange, la formation, la création et la diffusion de l’art, des individus, un collectif se posent la question du vivre ensemble dans le chaos. Des danseurs qui nous disent se transformer à chaque création, travaillent sur l’impasse, mettent à l’épreuve leurs affects, à la recherche d’un nouveau corps, de possibilités de devenir.

Suite de l’article… »


Rendez-vous les 21 et 22 novembre 2009 au Théâtre Jean-Vilar

> De Vitry à Rio / Si loin si proche : Avant spectacle
samedi 21 à partir de 19h30 et dimanche 22 à partir de 14h30

Avant les deux représentations de la nouvelle pièce de Lia Rodrigues, retours en images du voyage à Rio de juin 2009, au moment des premières répétitions de la Cie Lia Rodrigues dans le « Centro de Artes de Maré ». Venez partager avec les « voyageurs », acteurs sociaux, culturels, spectateurs, amateurs de danse et photographe, cette expérience.

> Pièce pour 11 danseurs / création
samedi 21 novembre 21h et dimanche 22 novembre 16h (navette AR depuis Paris samedi 21)

Suite de l’article… »


Théâtre Jean-Vilar – Brochure saison 2009/2010

Pages 14-15: Création Lia Rodrigues / Pièces pour 11 danseurs


Collectif et créativité

De l’expérience de ces 10 jours de rencontres dans Maré, je retiendrais deux mots en particulier : collectif et créativité. Tout d’abord le collectif qui se décline à différents endroits : dans le partenariat, dans l’organisation sociale et dans l’éducation. À plusieurs on est plus fort et on peut agir, jouer contre la fatalité et tenter de changer les choses. D’ailleurs ici, la favela ne s’appelle pas ainsi ni quartier, mais « communidade ». Il s’agit donc de permettre à cette communauté de faire face à l’adversité, à la pauvreté, à la relégation et par dessus tout à la violence. Car c’est bien ce qui pèse le plus aux habitants de Maré : la violence des groupes de gangs mais aussi la violence policière omniprésente. À ce propos nous avons pu partager deux moments emblématiques avec les habitants de Maré : la première Conférence libre tenue dans une favela sur la question de la violence et un groupe de parole avec des ados à l’école Bahia.

Suite de l’article… »


Une journée, une compagnie, 1er juilet 2009

10h Le cours a déjà commencé. Sur le plateau Amalia dirige les danseurs. Travail technique, formel ; efforts, endurance, qui contrastent avec la voix douce et apaisante de la danseuse.
À quoi pensent-ils étirés sur le plateau ? Ralenti des mouvements demandés, tensions, relâchements, mouvements arrêtés, tenus… J’arrête de respirer… Je reprends mon souffle. Travail des doigts. Ne rien négliger, ceinture abdominale… Conscience de son corps.
Bruits du dehors emplissant le silence du lieu. Voix des passants. Roulement des voitures sur les pavés, sifflement des pneus sur l’avenue du Brésil toute proche.

Suite de l’article… »


Inauguration

Suite de l’article… »


Graphiti

Suite de l’article… »


Atelier danse

2 galleries de photos (couleur et N&B)

Suite de l’article… »


Alison


Cours de français adultes et enfants à Redes

Une classe d’adultes et un professeur de français, charmante, prénommée Jordélia. Nous arrivons. Deux élèves sont déjà là, puis deux autres, un peu en retard. L’une d’elle paraît être encore une enfant. Tout en la regardant je la compare à Samia ; elle est habillée façon mode ! On se présente. Les femmes sont souriantes alors que l’homme semble timide. Comme toutes les femmes du quartier, elles sont très légèrement vêtues, mais l’une d’elle tire pudiquement sur sa jupe en un geste enfantin.

Suite de l’article… »